diagnostic immobilier Paris

Votre type de bien
Maison Autre
Appartement
Diagnostic termites Paris Diagnostic gaz Paris Diagnostic plomb Paris

Diagnostic immobilier : et maintenant la QAI ? - 16/10/2017

Déjà obligatoire dans certains ERP gérés par les collectivités (écoles, centres de loisirs, etc.), un diagnostic Qualité de l’air intérieur (QAI) est de plus en plus souvent évoqué pour les logements.

Quel est l’intérêt d’étudier la qualité de l’air intérieur ?

Quand il s’agit d’aborder le sujet de la qualité de l’air, on pense en premier à la pollution environnementale, qu’elle soit urbaine (circulation automobile), industrielle ou environnementale (radon).

Mais, notamment en ville, nous passons le plus clair de notre temps à l’intérieur, qu’il s’agisse de notre logement ou de nos locaux professionnels.

Or, il s’avère que la pollution de l’air intérieur peut être bien plus élevée que celle de l’air extérieur.

Plusieurs raisons l’expliquent : l’entrée de la pollution extérieure, mais surtout l’usage de certains produits (entretien, nettoyage), le fonctionnement de certains équipements et appareils (chaudières, poêles, cheminées, etc.) ou la présence de matériaux émetteurs de substances toxiques. Dès lors, il parait nécessaire de mener une analyse de la qualité de l’air intérieur pour des raisons sanitaires et ainsi d’envisager les pistes d’amélioration possible dans chaque habitation.

Comment procéder au diagnostic QAI ?

Pour effectuer une analyse d’air, il faut d’abord savoir ce que l’on cherche ; Une liste de produits polluants pourrait ainsi être établie et servir de cadre aux expertises. L’analyse des prélèvements permettraient ainsi de mesurer la concentration de chacun de ces polluants et de déterminer les risques pour les occupants du logement.

Par ailleurs, le diagnostic pourrait aussi porter sur les conditions d’aération et de ventilation de l’habitation pour vérifier si le renouvellement de l’air intérieur est bon et si le logement est à l’abri des entrées d’air extérieur pollué.

C’est d’ailleurs globalement ainsi que se déroulent les diagnostics QAI obligatoires effectués dans les ERP.

Quelles en seraient les conséquences ?

L’objectif du diagnostic QAI serait bien, in fine, d’améliorer la qualité de l’air respiré par les occupants du logement. En cas de danger réel, le diagnostiqueur devrait donc alerter les occupants et les propriétaires, voire éventuellement les services administratifs concernés dans le but de prescrire des travaux pour remédier à cette situation (retrait de matériaux responsable de la pollution, amélioration de la circulation des flux d’air, etc.).

Si aucune menace réelle n’est observée, le diagnostiqueur pourrait cependant établir un ensemble de recommandations visant à maintenir une bonne qualité d’air intérieur à plus ou moins long terme.


« Retour aux actualités

Diagnostic immobilier proche de Paris